Se doper n'est pas jouer

Pour un sport propre


Se doper n'est pas jouer


Adoptée en 1989, la Convention contre le dopage est aujourd'hui le seul instrument juridique international existant dans ce domaine. Préparée au lendemain des Jeux Olympiques de 1988, la convention du Conseil de l'Europe signe la détermination des pays européens de lutter contre ce phénomène.

Son objectif est de réduire l'accès aux produits dopants, d'aider au financement du dépistage et de lier le financement public au respect de la réglementation antidopage. La Convention encourage les programmes d'éducation et la mise en place de contrôles. L'annexe à la Convention énumère les produits et techniques pouvant être qualifiés de dopants.

Un protocole additionnel, entré en vigueur le 1er avril 2004, introduit une "reconnaissance mutuelle" des contrôles et permet aux agents de contrôle d'un Etat signataire d'intervenir inopinément dans un autre pays. Il facilite la coopération entre les Etats et l'Agence Mondiale contre le Dopage (AMA).

Un groupe de suivi, dont la mission est de veiller au respect du traité par les pays adhérents et de suivre l'évolution du dopage, a également été mis en place.

La Convention est une convention dite "ouverte", c'est à dire susceptible d'être adoptée par des pays non membres du Conseil de l'Europe, y compris des pays non européens. Elle compte 49 Etats membres dont l'Australie, le Belarus, le Canada et la Tunisie.

Conférence "Industrie pharmaceutique et lutte contre le dopage"

La Secrétaire Générale adjointe Gabriella Battaini-Dragoni a participé à la Conférence internationale « L’industrie pharmaceutique et la lutte contre le dopage : nouveaux partenariats pour un sport propre » le 12 novembre 2012 à Paris. Il s’agit du tout premier symposium international consacré à la coopération entre l’industrie pharmaceutique et les autorités en charge de la lutte contre le dopage avec le soutien des autorités publiques. La manifestation est organisée conjointement par le ministère français des Sports, de la Jeunesse, de l’Education populaire et de la Vie associative, le Conseil de l’Europe, l’UNESCO et l’Agence Mondiale Antidopage. (suite...)

Afficheur de contenus web

Conférence internationale sur Droits de l'homme et dopage, Rennes (France) - 24-26 mars 2011

Durant 2 jours, différents ateliers et tables rondes ont permis aux participantsd’exposer leurs travaux et recherches sur la prévention, l’éducation et la formation, la coopération internationale et sportive, la lutte contre les trafics ainsi que sur l’éthique.

Décideurs politiques européens et nationaux, théoriciens et praticiens ont débattu sur le thème des Droits de l’Homme et du Dopage, deux sujets étroitement liés et toujours d’actualité.