Journée internationale des Droits de l’Homme : Déclaration commune du Président du Comité des Ministres et du Président de l’Assemblée parlementaire

Gilbert Saboya Sunyé, Ministre des Affaires étrangères de la Principauté d’Andorre et Président du Comité des Ministres, et Jean-Claude Mignon, Président de l’Assemblée parlementaire, ont fait la déclaration suivante pour célébrer la Journée internationale des Droits de l’Homme le 10 décembre :

«Le Conseil de l’Europe œuvre au quotidien pour la protection des droits de l’homme sur le continent européen. Au fil des ans, l’Organisation a enregistré de nombreux succès, au premier rang desquels figurent la Convention européenne des droits de l’homme et son mécanisme de contrôle. La Cour européenne des droits de l’homme est, pour les victimes de violations des droits de l’homme, l’assurance qu’elles seront entendues et que le Conseil de l’Europe fera de son mieux pour remédier et mettre fin à ces violations.

Ces succès ne doivent cependant pas nous faire oublier que beaucoup reste à faire et qu’il s’agit d’une tâche à réaliser génération après génération.

Cette journée est donc l’occasion de nous rappeler que la protection des droits de l’homme n’est jamais définitivement acquise et que nous devons continuer à nous mobiliser pour lutter contre les atteintes aux droits fondamentaux en Europe et ailleurs.

Les standards de protection des droits de l’homme élaborés par le Conseil de l’Europe sont encore trop souvent ignorés ou violés. Des journalistes continuent de faire l’objet de censures ou de menaces; des opposants politiques sont encore injustement trainés devant les tribunaux et de nombreuses personnes restent victimes de discriminations, de mauvais traitements voire d’actes de torture. En outre, la difficile situation économique de nombreux pays risque d’aggraver les injustices et les inégalités si les gouvernements ne s’appliquent pas à remédier aux effets néfastes de cette crise qui compromet la cohésion de nos sociétés.

La Journée des Droits de l’Homme doit nous amener aussi à réfléchir aux moyens de prévenir les violations des droits de l’homme. De ce point de vue, nous soulignons l’importance de la sensibilisation, de l’information et de la formation de tous les dirigeants et citoyens, et en particulier de la jeunesse, aux valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. Le Conseil de l’Europe entend poursuivre son action dans ce domaine.»